IV ème République: sait-on jamais.

Aller en bas

IV ème République: sait-on jamais.

Message  Elian le Sam 4 Juin - 16:37

LA IVEME REPUBLIQUE : FORCES ET FAIBLESSES

Introduction
IVème République = régime de toutes les espérances. Réalité :
- relèvement économique, en essayant d’établir une société + juste, + ouverte > Europe et Monde.
- problème de l’instabilité politique et ministérielle, institutions inadaptées et privées du consensus nécessaire, + pas su maîtriser certains conflits coloniaux


I. La IVème République a su assurer un développement économique incontestable, une meilleure équité sociale, gérer certains problèmes coloniaux, et entamer l’ouverture vers l’Europe

A. Développement économique et meilleure équité sociale

1. La IVème République trouve une France économiquement ruinée
- Pertes matérielles étendues (74 départements), 1 million familles sans-abris
- Potentiel productif et infrastructures endommagées ou détruites : prod. industrielle = 40% de celle de 38, et prod. agr. ↘ 30%
- Marché noir et inflation difficile à contrôler

2. Une reconstruction rapide sous l’égide de l’Etat
- Modernisat° éco = « impératif catégorique » : vœu de créer une « démocratie économique et sociale ». ex : nationa° entre 46-48 EDF, GDF, Air France, RATP, Crédit Lyonnais…
- Planification »indicative » (Jean Monnet commissaire général au plan le 3 janv 46). L’état définit des grandes priorités, qui reçoivent 2/3 des investissements. Ex : Plan Monnet « de modernisation et d’équipement » (assuré par l’aide d’urgence négo en 46 puis Plan Marshall)
- ↗ production, et dès 50 éco reconstruite et stabilisée : prod agr = 1929, prod élec >1929. + gds travaux (construct° centrales électiques)
- Croissance 5%/an : basée sur les produits de conso (auto : 2CV, électroménager…, « Mistral ») Etat = boussole et régulateur de la croissance par intervent° ds cadre du budget.
Politique de facilités fiscales pour entreprises, qui investissent ds la recherche (création de la Commissariat à l’Energie Atomique en 45, INRA 46)
- MAIS productivité PME faibles, main d’œuvre sous-équipée, peu qualifiée. + inflat° persiste.

3. L’amélioration du niveau de vie des Français
- Politique redistributive et meilleure protect° sociale : Sécurité Sociale en 45, Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti 50 >> ↗ pouv achat des bas salaires >> incite à la conso
- Politique nataliste (alloc’ familiales) pousse égalt à la conso
- Progression sensible du pouvoir d’achat des Français

B. L’amorce d’une politique européenne gouv ont conscience que reconstruct° éco passe par large coop à l’échelle du continent

1. Les premiers pas de la l’union Européenne
- 45-50 : opinions se détournent du nationalisme, cause de la WWII. Démocrates chrétiens (MRP en France, CDU en All, DC en ITA) favorables à l’idée européenne. Rôle important de Schuman (MRP) et Monnet.
- Guerre froide (1947) favorise le projet : rapprochemt fr-all >> création en 51 de la CECA (Monnet dirigeant) : union douanière sur le charbon et l’acier, + tarif ext. commun, qui permet reconvers° rég ind en crise.

2. Les autres initiatives en matière européenne et mondiale avant 1957
- France : approche active. Participe à l’OECE (siège à Paris ; Conseil Europe crée 5 mai 49 (siège à Strasbourg) : Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme)

3. La CEE
- Démiss° Monnet CECA 55 pour accélérer la construct° euro : début négoc° à Messine 6 Etats CECA 1-3 juin 55
- Traité de Rome 25 mars 57 : institutions politiques aux pouvoirs supranationaux. Assemblée parlementaire à Strasbourg, prépare la Banque Européenne de Développement.
- ECHEC : CED, et EURATOM

C. Quelques réussites dans le domaine de la décolonisation

1. L’indépendance de la Tunisie sur la bonne voie
- Pb initiaux : Bourguiba emprisonné 52
- Mendès France (Président du Conseil 17 juin 54- 6 juin 55) fait évoluer favorablemt le pb : après signature paix Indochine le 20 juillet 54, se rend en Tunisie pour la DECLARATION DE CARTHAGE LE 31 JUILLET 54 : autonomie interne Tunisie. Politique poursuivie par son successeur : E. Faure (23 janvier 55 – 23 février 56)

2. L’indépendance du Maroc
- Pb initiaux : le Maréchal Juin dépose Sultan Mohamed V car soutenait les revendic° de l’ISTIQLAL > attentats au Maroc.
- Mendès-France entame négociat° (poursuivies par Faure) > retour d’exil du Sultan, et indep Maroc. Faure : « L’indépendance [du Maroc] est dans l’interdépendance »

3. L’indépendance ultérieure de l’Afrique bien préparée par la loi-cadre Gaston Defferre (1957)
- Cadre politique peu à peu vidé, pour préparer indep
- Suffrage universel proclamé, l'AEF (Afrique-Equatoriale française) et Madagascar sous le régime du collège électoral unique
- Dégage l’horizon politique africain, prépare calmement l’indep et calme les tens° des revendicat° nationalistes


II. Une faiblesse institutionnelle qui provoque une instabilité politique et ministérielle, qui débouche sur une incapacité à régler certains problèmes notamment coloniaux

A. La constitution de 1946, un texte controversé qui suscite beaucoup d’oppositions et qui contient en germes la chute du régime

1. Un texte mal voté
- Texte constitutionnel = compromis entre les trois grands partis : MRP PCF SFIO
- D.G refuse « le système des partis » > quitte le pouvoir le 20 janv 46
- 1er référendum 5 mai 46 : 53% non (refus MRP et D.G)
- Deuxième constituante : accepté le 13 oct 46 : 53% de oui, mais 30% d’abstentions
D.G : « Un tiers des français s’y étaient résignés, un tiers l’avaient repoussée, un tiers l’avaient ignorée"

2. Un régime d’assemblée s’établit (retour pratiques instit IIIème Rep : régime d’Assebmblée)
- Assemblée Nationale omnipotente : pouvoir de « double investiture » : donne accord pour Président du Conseil (désigné par Président, puis accord pour ministres) >créat° gouv difficile
- Conseil de la Rep (crée en 46) plus « spectateur qu’acteur ».
- Président de la République : élu pour 7 ans, choisi par le Congrès (Députés et Conseil) : pouvoir « régulateur »

3. Le texte est vivement contesté par le Général de Gaulle
- D.G refuse vigoureusemt le dépérisst de l’Etat, le règne des Partis, l’abandon de la souveraineté nationale…

B. L’instabilité politique, ministérielle se développe et les tentatives de rénovation échouent

1. La rupture du tripartisme et la naissance d’une double opposition
- Mise en place d’un tripartisme à partir du 23 janvier 1946 MRP, SFIO, PCF : gouv de coalit° dirigé alternativt par socialiste ou un MRP.
- Dure jusqu’au 5 mai 47 : les comm’ contestent les décis° éco >> le socialiste Ramadier révoque les ministres communistes (rupture accentuée par la guerre froide)
- Evict° du PCF >> naissance de la 3ème force : MRP, socialistes, radicaux, et UDSR (Union Démocratique et Socialiste de la République)

2. La 3ème force face au double péril communiste et gaulliste ne dure que 4 ans et se disloque en raison de ses contradictions internes et externes (instabilité ministérielle)
- 3ème force face à double opposit° : avril 47 création du RPF (Rassemblement du Peuple Français) aux municipales de 47, obtient 40% ds les gdes villes (Paris, Bordeaux, Lille). Condamne la CED
- Communistes condamnent égalemt (manif, relayées par la CGT et le Mouvement de la Paix = mvt intellectuel) >> nombreuses difficultés pour les gouv, décriés.
- Législatives de 51 : 120 députés RPF élus. Opp° qui se cumule à celle des comm’
- Dvpt conflit Indochine divise 3ème force (une partie du MRP avec G. Bidault hostile à la paix)
-Crises ministérielles en série : 21 gouv en 11 ans, diff à élire Président Rep (V. Auriol, en 53, doit attendre 13 tours de scrutin) C’est la République « immobile »

3. Les tentatives de rénovations échouent
- A. Pinay : mars-dec 52 : redresst franc par pol de rigueur salariale et mesures fiscales appréciées par l’opinion. Tait pb CED et colo
- LA tentative de rénov° : Mendès France : investi le 18 juin, il règle le pb Indochine le 20 juillet
« Gouverner, c’est choisir » PMF lutte contre le régime des partis, désigne lui-même ses ministres, très populaires (proche opinion par ses « causeries au coin du feu ») envisage des réf éco et sociales
- MAIS CED rejetée (août 54). Reproches de la droite paix en Indochine et autonomie Tunisie >> renversé le 6 février 1955

C. Le régime s’avère incapable de régler le pb colonial qui va provoquer sa chute

1. Le conflit en Indochine (46-54) entame la crédibilité du régime
- Désaccords MRP (Bidault pro souveraineté l’emporte), bombardements d’Haiphong (Amiral d’Argenlieu) mais pas de lutte efficace contre le Vietminh de Ho Chi Minh
- 7 mai 54 : les fr doivent capituler après la défaite dans la cuvette de Dien Bien Phu
(Bidault avait tenté de faire intervenir l’aviation américaine)
- PMF > accords de Genève le 20 juillet 54. Hostilité durable droite et une partie MRP PMF qualifié de « Bradeur de l’Empire »

2. Le front républicain échoue dans sa tentative de paix en Algérie
- Front républicain (coalition électorale de centre-gauche nouée en France à l'occasion des élections législatives de janvier 1956) élu sur un programme de paix en Algérie, par PMF et G. Mollet : regroupe SFIO, socialistes radicaux, UDSR (Mitterrand)
- « tomates du 6 février » malgré gouverneur fr (Général Catroux) favorable à évolut° pacifique, manif en Algérie. Dem° PMF, puis Saravy, puis Mollet, renversé le 21 mai 1957

3. L’agonie de la IVème : la crise du 13 mai
- Fr condamnée ONU, op° fr troublée par usage torture en Alg >> instit° critiquées
- Bourgès Maunoury (juin-sept 57) puis Gaillard (nov 57- avr 58) contraints à l’immobilisme
Accusé de faiblesse ds la crise alg, Gaillard renversé le 15 avril 58.
- Pfimlin (MRP) devient Président du Conseil. Soulèvement militaire à Alger. Les députés investissent rapidement Pfimlin dans un « sursaut républicain ». Le 15 mai, D.G se déclare « prêt à assurer les pouvoirs de la République »
- 27 mai : D.G annonce qu’il « a entame le processus régulier nécessaire à l’établissement du pouvoir républicain ». Dém° Pfimlin 29 mai, D.G investi 1er juin
(les communistes, les mendésistes, et la moitié des socialistes ayant voté contre) Fin de la IVème Rép




Régime polt faible, touché par des crises minist. multiples et son incapacité à se réformer, le régime « pernicieux » des partis (D.G) aura duré 11 ans (rôle pourtant non néglibeable RPF et partisants D.G). MAIS IVème Rép a replacé la Fr. dans le concert des Nations, a assuré la reconstruct° du pays et a engagé la construct° européenne. Les Constituants de la Vème Rép y ont substitué un déséquilibre en faveur du législatif : on parle dès lors de « Monarques Républicains » : pas de réelle sep° des pouv, et info non complète et non objective des citoyens









avatar
Elian

Messages : 63
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IV ème République: sait-on jamais.

Message  Elian le Sam 4 Juin - 16:39

IVème, y a-t-il, n'y a-t-il pas? Mme Poulain-Priou dément, l'amie de Mme Marchand, qui nous avait accompagné au Mémorial D.G, affirme qu'elle y est... Voici en tout cas un tableau récapitulatif de la IVème qui pourrait être utile.

Amusez-vous bien!
avatar
Elian

Messages : 63
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IV ème République: sait-on jamais.

Message  Cécile le Lun 6 Juin - 16:55

Sans toutefois remettre en cause la dimension d'intérêt public de la publication de ces supers fiches, je tiens à signaler que la IVè République n'est pas, selon le site de l'éducation nationale (ici), à étudier au même titre que la Ve ; je cite : On étudie les grandes phases de la vie politique depuis 1945. On analyse les institutions de la Ve République et leur fonctionnement.
avatar
Cécile

Messages : 156
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 25
Localisation : viro, viro, viro viro viro !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IV ème République: sait-on jamais.

Message  Elian le Lun 6 Juin - 21:08

D'ac tant mieux, ça aura l'éventuel mérite de relier tout ce qui se passe en France à cette époque
Enfin, n'empêche qu'on n'a pas eu de cours sur la "vie politique" de la IVème République: ni Constitution, ni mesures prises...

[Un grand merci à Cécile qui applaudit en privé mon altruisme, et qui vient dénigrer mon travail en public. Notre déléguée qui fait preuve de bassesse et de vilénie , c'est un peu comme Kant qui ment, qui y aurait pensé?]
avatar
Elian

Messages : 63
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IV ème République: sait-on jamais.

Message  sido le Mar 7 Juin - 8:42

Perso je vote Cécile.
avatar
sido

Messages : 39
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: IV ème République: sait-on jamais.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum