Questions sur l'analyse des deux premiers textes

Aller en bas

Questions sur l'analyse des deux premiers textes

Message  sido le Lun 1 Nov - 19:31

J'ai quelques soucis (et c'est peu dire ...) pour l'analyse de certains mots ... je m'en remet à vous (Cécile ?) pour m'éclairer :

Texte 1 : quelle est la forme de congregatus et de sociatus (semblant être la même) ? Coeundi est-il un gérondif ? (c'est ce que j'ai noté mais ça me semble bizarre). Dans le groupe "ad aem causam" (l14) est-ce que "aem" signifie "même" ? Faut-il traduire le "ejus" ligne 19 ? Est-ce qu'on traduit bien un ablatif par "par" ? Ligne 32, "probandum " est un participe présent ? Est-ce que la prof n'aurait pas omis de traduire "non perfectum" : ce qui donnerait " n'est pas certes parfait, ni le meilleur" ? Et puis la dernière phrase c'est le gros fouilli... Si je comprends bien on traduit "posse videtur esse" par "semble pouvoir posséder" ? Et si quelqu'un a compris le vrai sens de la dernère phrase je veux bien une petite explication ....

Texte 2 : "versus" est un participe présent ? ligne 3, "saevienti " c'est quoi ? "regressa" ligne 4 est un participe présent ? ligne 8 la forme "provinciae et circumjucentium populorum" semble être un génitif... pourquoi c'est pas "de..." dans la tradcution (la prof a mis "dans...) ? ligne 20 "egressum " est un participe présent ? Quelle est la forme de "occidisse" et "egisse" (qui semble être la même) ?ligne 25 "praepeditus" fonctionne avec "sit" ? Et quelle est la forme de "praepeditus ? ligne 32 "cremaretur " est un infinitif passif ?

Enfin, dernière question, sur quelle déclinaison se basent les mots " o, onis, féminin" ?

Je suis un peu honteuse de cet amas de question, et j'ai bien sur essayé de chercher des solutions avant de vous appeler à l'aide (elles étaient hélas, cachées).

Bisous pig
avatar
sido

Messages : 39
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Questions sur l'analyse des deux premiers textes

Message  Cécile le Lun 1 Nov - 20:20

allons-y point par point !

Texte 1

- le "congregatus" de la l 3 est sans doute un participe passé issu du supin de congregare (hypothèse, je n'ai rien noté de précis), de même que sociatus est issu du supin de "sociare", au nominatif car se rapportant respectivement aux deux attributs du sujet "omnis coetus" et "coetus multitudinis".

- "coeundi" est effectivement un gérondif, à fonction de complément du nom

- dans le groupe "ad eam causam", eam est un adjectif démonstratif (de is ea id) signifiant cette

- euh, sur ma feuille le ejus est à la ligne 20, mais oui tu peux le traduire, c'est encore un adjectif démonstratif issu de is, ea, id, au génitif, qui va avec le groupe "rei publicae"

- l'ablatif est le cas des compléments circonstanciels essentiellement, tu peux donc le traduire par beaucoup de choses selon que ce CC soit de lieu, de temps, de manière, mais par peut effectivement marcher lorsque l'ablatif traduit un complément d'agent.

- "probandum" est un adjectif verbal, tu traduirais littéralement cette proposition par : " quoique cela est devant être le moins approuvé", que la prof a traduit par : bien que ceci doive être très peu approuvé.

- la prof a effectivement omis de traduire "non perfectum", et ta traduction est la bonne

- littéralement, la dernière phrase donne : En effet, ou le roi juste et sage, ou des citoyens choisis et parmi les premiers, ou la population elle-même, quoique cela est devant être le moins approuvé, aucune iniquité ou désir ne s'étant placé entre, semble pouvoir être une certaine forme de gouvernement non incertaine". En gros : quellque que ce soit la forme de gouvernement, du moment qu'il n'y a ni injustice ni corruption (désir), ça peut marcher. Cela étant, c'est moins vrai pour la démocratie, pense Cicéron. Enfin, on peut noter la réticence de Cicéron : avec "videtur posse esse", "non incerto", on sent qu'il n'est pas à fond : en fait, ce que lui préfère, c'est un régime mixte, plutôt que l'un des trois régimes "pur".


Texte 2

- "versus" est un participe passé, issu du supin de verto

- "saevienti" est, ce me semble, un participe présent au Datif, car il accompagne "fortunae" qui est le COS du verbe "submitteret"

- regressa est un participe passé, issu du supin de regresso (= revenue, ou de retour)

- "provinciae et circumjacentium populorum" est effectivement un génitif, la prof a un peu élucubre. Tu peux regarder la deuxième traduction possible qu'elle a mise entre parenthèses, et alors le génitif fonctionne

- "egressum" est un participe passé, issu du supin d'"egredior" (je n'ai ABSOLUMENT pas l'impression de répéter les mêmes formulations tout le temps)

- "occidisse" et "egisse" sont deux infinitifs passé

- "praepeditus" fonctionne bien avec "sit", ils constituent ensemble un parfait passif.

- "cremaretur" est, si je ne m'abuse, un infinitif passif, mais étrangement accordé au sujet, c'est effectivement assez perplexifiant...


Sinon, les mots en o, onis, se déclinent sur la troisième déclinaison, ainsi que tous les noms qui ont un génitif en is.


Hihou, on y est arrivé !!

Des bisous !!
Smile
avatar
Cécile

Messages : 156
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 25
Localisation : viro, viro, viro viro viro !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Questions sur l'analyse des deux premiers textes

Message  sido le Mar 2 Nov - 13:43

Cécile , je t'aime I love you
avatar
sido

Messages : 39
Date d'inscription : 13/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Questions sur l'analyse des deux premiers textes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum